Zoom

Réévaluation du traitement d'induction par la Thymoglobuline en transplantation rénale (RETHINK) : analyse du registre pédiatrique des essais rénaux et des études collaboratives en Amérique du Nord (NAPRTCS) Par le Pr Gabriel Choukroun (Amiens), le 05-05-2017
Il n'existe pas de consensus sur la dose optimale de Thymoglobuline (TMG) à utiliser en traitement d’induction (IS) en transplantation pédiatrique (KTx). Les auteurs de ce travail ont cherché à identifier les (...) Lire ce zoom
Accéder à tous les zooms

Comité de rédaction

Directeur de la publication: Thierry Klein

Directeur des rédactions: Dr Caroline Reitz

Coordinateur:

Pr Gabriel Choukroun (Amiens)

Médecin rédacteur:

Dr Evangéline Pillebout (Paris)

Les derniers articles scientifiques

Retrouvez ci-dessous les derniers articles publiés (pour l'intégralité des articles, utilisez les menus).
Une mutation du récepteur de l'érythropoïétine est associée à une meilleure fonction rénale chez les patients transplantés à partir de donneurs décédés
Pr Gabriel Choukroun, CHU SUD - Amiens le 5-05-2017
L'érythropoïétine (Epo) protège les cellules tubulaires rénales contre les lésions d’ischémie/reperfusion dans un modèle de transplantation expérimentale, ce qui suggère un effet pertinent et bénéfique de la signalisation médiée par le récepteur de l'érythropoïétine (EPOR). Six mutations ont été rapportées dans le gène codant le EPOR dont la séquence
Pronostic de la transplantation chez les patients présentant une Maladie de Chagas
Pr Gabriel Choukroun, CHU SUD - Amiens le 3-05-2017
La maladie de Chagas est l'une des endémies les plus développées en Amérique latine avec 8 personnes infectées par tranche de 10.000. En Argentine, on estime qu'environ 4% de la population générale est infectée. L'une des voies de transmission non liées au vecteur est la transplantation à partir d’un organe greffé.
Impact de la réplication BK virus du donneur sur la réplication après greffe chez les receveurs d'un greffon à partir de donneurs vivants
Pr Gabriel Choukroun, CHU SUD - Amiens le 3-05-2017
La néphropathie associée au virus BK (BKVAN) peut entrainer un dysfonctionnement de l'allogreffe après une transplantation rénale. Plusieurs facteurs de risque de réplication du BKV après la transplantation ont été identifiés. Ces facteurs de risque peuvent être liés aux caractéristiques du receveur, à l’évolution post-transplantation
Reprise retardée de fonction et survie à long terme de la transplantation rénale provenant de donneurs décédés après arrêt cardiaque ou de mort encéphalique
Dr Evangéline Pillebout, Hôpital Saint-Louis - Paris le 3-05-2017
Plusieurs études monocentriques suggèrent que la reprise retardée de la greffe (DGF) ne serait pas associée à un risque accru de perte de greffon chez les receveurs de donneurs prélevés après arrêt cardiaque (NHBD), mais ces études sont critiquables en raison du risque d'erreur de type II. L'objectif de cette étude est donc de répondre
Déterminants de la fibrose interstitielle sévère au cours de la transplantation rénale : impact des anticorps anti-HLA spécifiques du donneur
Dr Evangéline Pillebout, Hôpital Saint-Louis - Paris le 3-05-2017
La fibrose interstitielle représente une cause importante d'échec de transplantation rénale. Dans ce travail, les auteurs ont étudié le rôle spécifique des anticorps circulants anti-HLA spécifiques du donneur (DSA) dans le développement de la fibrose sévère au cours de la transplantation rénale, en intégrant les facteurs de risque classiques impliqués
Expérience de la conversion pour le Belatacept (CTLA4-Ig) au décours de la transplantation rénale après désimmunisation chez des patients hyperimmunisés et ABO-incompatibles
Dr Evangéline Pillebout, Hôpital Saint-Louis - Paris le 3-05-2017
L’expérience récente de l’utilisation du Belatacept (bela) chez des receveurs de greffe de rein non immunisés, suggère que le blocage de la costimulation dans un schéma de traitement immunosuppresseur sans anti-calcineurine (CNI) permet d’améliorer la survie du greffon et la fonction rénale à 7 ans de la transplantation, par rapport à
Impact de la conversion au Belatacept après transplantation rénale sur la fonction rénale, l'histologie et l'expression des gènes
Dr Evangéline Pillebout, Hôpital Saint-Louis - Paris le 3-05-2017
Le Belatacept (bela) est une alternative aux inhibiteurs de la calcineurine (CNI) pour éviter leur néphrotoxicité. Dans cette étude, les auteurs ont évalué l'impact de la conversion au bela dans une cohorte de patients transplantés rénaux (TR) américains. Des patients adultes séropositifs pour l’EBV ont été convertis du tacrolimus au bela
Une exposition faible au tacrolimus attestée par une moyenne de taux résiduels bas est associée à une augmentation du risque de développer des DSA de novo dans la première année suivant la transplantation rénale
Pr Gabriel Choukroun, CHU SUD - Amiens le 2-05-2017
L’apparition d'anticorps spécifiques du donneur (de novo DSA, dnDSA) est la première étape de l'évolution du rejet induit par les anticorps (rejet humoral), principale cause de perte du greffon censurée par le décès. Le Tacrolimus (TAC) est l'un des médicaments immunosuppresseurs les plus utilisés en traitement d’entretien.
Les résultats de la transplantation rénale à partir de donneur décédé après arrêt cardiaque sont comparables à ceux de la transplantation à partir de donneur de plus de 50 ans décédé après mort encéphalique. Analyse du registre UNOS/OPTN par la méthode d'appariement sur le score de propension
Dr Evangéline Pillebout, Hôpital Saint-Louis - Paris le 2-05-2017
Les donneurs de rein âgés sont acceptés avec prudence en raison du risque de mauvaise fonction du greffon à distance chez le receveur. Le but de cette étude est de présenter les facteurs qui déterminent de manière significative la survie des patients et la survie à court et long terme du greffon des transplantations réalisées à partir
Etude comparant la qualité de la transplantation rénale ABO compatible et ABO incompatible 10 ans après la greffe
Dr Evangéline Pillebout, Hôpital Saint-Louis - Paris le 2-05-2017
Les avantages à long terme de la transplantation rénale ABO incompatible (ABOi) en termes d'évènements indésirables dus à l’immunosuppression sévère péri-transplantation restent incertains. Entre 2000 et 2005, 261 receveurs, dont 59 receveurs ABOi et 202 ABO-compatibles (ABOc), ont bénéficié d’une transplantation rénale à partir de donneur vivant.
Infection à BK virus et risque de cancer des voies urinaires chez les patients transplantés rénaux : The Transplant Cancer Match Study
Pr Gabriel Choukroun, CHU SUD - Amiens le 2-05-2017
Les séries récentes de cas cliniques décrivent l'expression du BK virus (BKV) dans le tissu tumoral obtenu à partir de cancers des voies urinaires chez les patients receveurs de greffe rénale (KTR) suggérant ainsi que le BKV pourrait contribuer au risque accru de ce type de cancers chez les KTR. Les auteurs de ce travail ont fait l'hypothèse
Cryoglobulinémie secondaire à l'infection par virus de l'hépatite E chez les patients receveurs d'une transplantation d'organe : résultats d'une étude prospective française
Pr Gabriel Choukroun, CHU SUD - Amiens le 2-05-2017
Le virus de l'hépatite E (HVE) est responsable d’une l'hépatite aiguë et chronique dans les pays développés, en particulier en Europe occidentale. Contrairement à l'hépatite B ou C, l'association entre HVE et cryoglobulinémie est moins documentée. L’équipe de Toulouse a évalué prospectivement la prévalence de la cryoglobulinémie chez
Le traitement par tacrolimus protège contre l'apparition de DSA de novo chez les patients non immunisés préalablement
Pr Gabriel Choukroun, CHU SUD - Amiens le 2-05-2017
Le développement d'anticorps spécifiques du donneur (dnDSA) survient chez environ 10% des patients dans la première année suivant la transplantation rénale et atteint 20% dans les 5 ans. La présence de DnDSA est associée au risque de rejet hmoral médié par anticorps (AMR) et
Un traitement antiviral à base d'anti-protéase est associé à un moins bon pronostic chez les patients transplantés du rein infectés par le VIH
Dr Evangéline Pillebout, Hôpital Saint-Louis - Paris le 1-05-2017
Les résultats de la transplantation rénale chez les patients infectés par le VIH sont maintenant excellents, si la réplication virale est bien contrôlée. Les inhibiteurs de la protéase (IP) ont une interaction médicamenteuse puissante avec notamment les inhibiteurs de calcineurine, nécessitant un suivi minutieux de l'immunosuppression.
Résultats à long terme et sécurité du Tocilizumab (Anti-IL6) en traitement du rejet chronique médié par anticorps (RHC) et de la glomérulopathie d'allogreffe (TG) des patients transplantés rénaux hyperimmunisés (HRI)
Dr Evangéline Pillebout, Hôpital Saint-Louis - Paris le 1-05-2017
La présence d’anticorps dirigés contre le greffon (DSA) chez les patients hyperimmunisés (HRI) est associée à une moins bonne survie du greffon et un risque accru de retour en dialyse. Les options thérapeutiques du rejet humoral chronique (RHC) et de la glomérulopathie d’allogreffe sont à jour limitées.
Immunosuppression et rejet de greffe chez les receveurs de rein de donneurs vivants HLA identiques
Dr Evangéline Pillebout, Hôpital Saint-Louis - Paris le 1-05-2017
Les objectifs de cette étude étaient de décrire les schémas immunosuppresseurs et les taux de rejet de greffe au cours de la transplantation rénale à partir de donneur vivant HLA identique, HLA (DV HLA id). Il s’agit d’une analyse multicentrique rétrospective de la base de données Cristal
Expérience de l'utilisation d’une enzyme bactérienne, IdeS (Endopeptidase IgG), pour désensibiliser les patients hyperimmunisés en vue d'une transplantation rénale
Dr Evangéline Pillebout, Hôpital Saint-Louis - Paris le 1-05-2017
Les anticorps spécifiques du donneur (DSA) restent un obstacle immunologique difficile à surmonter au cours de la transplantation d’organe. Actuellement, les traitements disponibles visant à modifier les DSA ne sont pas, dans la plupart des cas, efficaces chez les patients hyperimmunisés.
 

{{ 'santor.envoieemailencour'|trans }}